Demain 1e septembre, beaucoup d’enfants vont reprendre le chemin de l’école. Une nouvelle année scolaire commence et avec elle son lot de stress, d’angoisses, mais aussi de joie et de petits bonheurs.

Parmi les difficultés qu’un enfant peut rencontrer ce jour-là, il y a la séparation avec ses parents. En effet, et surtout si c’est sa première rentrée, ce moment peut être délicat à vivre. Il va arriver dans une nouvelle classe, avec beaucoup d’enfants inconnus (qui bien souvent sont aussi angoissés et pleurent plus ou moins), et un enseignant qu’il ne connaîtra pas encore et qu’il aura, au mieux, rencontré une fois. Et même si ce n’est pas sa première rentrée, retrouver l’école après deux mois de loisirs et de liberté n’est pas forcément évident.

Comment aider votre enfant à mieux vivre ce moment de la séparation le jour J ?

  • Prendre le temps avec l’enfant, et si possible, prévoyez d’arriver une heure plus tard au travail pour être disponible et zen.
  • En sortant de la voiture ou en arrivant devant la grille, mettez-vous à sa hauteur et expliquez-lui (une dernière fois, même si vous l’avez déjà fait) ce qui va se passer.
  • Adaptez-vous à votre enfant : certains quitteront leur parent avec un signe de la main, de loin, en courant déjà vers les copains à peine passé la grille. D’autres auront besoin de plus de temps pour se détacher. A chaque enfant son rythme.
  • S’il le souhaite, accompagnez votre enfant jusque dans la classe pour que l’adaptation se passe au mieux et qu’il se sente en sécurité.
  • Prenez soin de lui. Bien souvent, ce jour-là, les enfants aiment et ont besoin qu’on fasse les choses pour eux, même s’ils savent les faire : enlever le manteau, mettre les chaussons, les porter pour monter les escaliers… les tout-petits, comme les plus grands, ont besoin d’être cocoonés pour se réassurer.
  • S’il pleure, prenez-le contre vous. Votre enfant est insécurisé dans ce lieu inconnu (ou pas), et dans la perspective de la séparation. Patientez le temps qu’il se calme.
  • Lorsque les pleurs se calment, posez des mots sur ce que vous observez de ses manifestations émotionnelles : « je vois que tu pleures beaucoup, tu sembles ressentir de la tristesse/ de la peur. C’est normal, je comprends que tu ressentes cela, c’est tout nouveau pour toi…. » Trouvez VOS mots pour que votre enfant sente que vous le comprenez et que vous l’accueillez complètement dans ce qu’il vit. L’empathie et la bienveillance aident à faire baisser le niveau de stress.
  • Ne vous laissez pas avoir par les conseils du type : « partez vite, il se calmera une fois que vous êtes parti ». Il finira peut-être par se calmer… de résignation. Patientez tant que votre enfant ne se détache pas de vous. Cela peut prendre un peu de temps, certes. Soyez ferme avec l’enseignant si ce dernier vous enjoint de partir : c’est votre enfant, vous avez le droit de rester auprès de lui.
  • Protégez votre enfant qui pleure ou a du mal à vous lâcher des éventuelles moqueries du style « oh le bébé », qui pourraient survenir à son encontre : éloignez-vous un peu du groupe ou répliquez aux indélicats que votre enfant a le droit de pleurer et que ça ne fait pas de lui un bébé.
  • Soyez vous-même le plus à l’aise et le plus en accord possible avec cette rentrée. Plus vous serez confiant, à l’aise, sûr de vous et de la situation, plus vous ferez confiance à votre enfant, sa capacité d’adaptation, plus vous accepterez de confier votre petit bout à l’enseignant qui va l’accueillir, et plus il se sentira à l’aise. C’est une éponge, il absorbe les émotions, les ressentis, qu’ils soient dits ou non. Si vous culpabilisez, si vous n’avez pas envie de le laisser là… il le ressentira et cela l’insécurisera encore d’avantage.
  • Exprimez votre ressenti à votre enfant si vous sentez que cela peut l’aider LUI : « moi aussi tu sais, ça me fait quelque chose de te laisser. Et c’est normal, c’est une sacrée étape pour moi de te voir partir à l’école. », tout en le réassurant de votre confiance : « et tu sais, je sais que tu seras capable de vivre cette première journée en étant bien, en te faisant des copains, et même que tu arriveras à en profiter, même un tout tout petit peu »… Encore une fois, trouvez VOS mots, ceux qui sortiront naturellement et spontanément.

Bonne rentrée à tous !