Est-ce que vos enfants connaissent suffisamment de mots pour leur âge? 

Est-ce que leur vocabulaire est assez riche? 

Souvent, le vocabulaire c’est vu comme un truc pas très funky. 

Pourtant, c’est capital d’avoir un vocabulaire riche et étayé: 

Notamment parce que ça limite les comportements agressifs et perturbateurs, les conflits et les débordements émotionnels. 

Et ça aide à lire (je vous en parle demain). 

Souvent, quand les enfants mordent, tapent, crient, s’opposent… on se concentre sur leur comportement. 

Dans pas mal de mails, je vous dis que ce n’est pas la bonne solution. 

Parce qu’à tout comportement, il y a une raison. 

Un besoin non couvert. 

Une émotion qui explose. 

Quelque chose qu’ils n’arrivent pas à dire… avec des mots. 

Alors ça sort autrement. 

Une des pistes, du coup, pour enrayer le problème, c’est de leur donner les mots pour le dire. 

Parce que tant qu’ils n’ont pas les mots, ils vont continuer à s’exprimer… autrement. 

Comment leur donner les mots? 

Je vous en parlais lundi: parler, verbaliser, tout ça c’est naturellement la base. 

Lire des livres. 

Et présenter un matériel inspiré de la pédagogie Montessori et de tous les principes qui en font son efficacité et sa renommée, comme: 

La manipulation. 
(Pour partir du concret, donner du sens aux apprentissages, les rendre plus ludiques que d’apprendre des feuilles de mots)

La progression logique. 
(Qui suit la maturation du cerveau et qui permet de rendre les apprentissages plus fluides, agréables et faciles). 

L’adaptation à l’enfant. 
(A ses besoins en terme de vocabulaire, à ses envies de découvertes, à son âge aussi)

La guidance respectueuse. 
(Répondre à la demande, susciter l’enthousiasme… sans forcer, sans imposer, donner envie d’apprendre). 

Quand j’ai mis en place ce matériel dans ma classe, je l’ai fait pour aider mes élèves à apprendre les langues étrangères. 

Je me suis rendue compte à quel point elle les aidait aussi pour l’acquisition de leur autonomie quotidienne. 

Pour Gaspard, qui faisait voler le matériel dans la classe dès qu’il n’arrivait pas à faire quelque chose. 
(Et là, vue le prix du matos, faut rester zeeeeeeeeen)

Pour Nathan, qui mordait dès qu’il était contrarié et pour Asia, qui pleurait quand un enfant ne voulait pas travailler avec elle. 
(Bonjour le bruit, qui vient casser tout le travail que j’avais tenté de mettre en place pour obtenir un environnement calme, favorable à la conversation). 

Pour Benjamin qui venait systématiquement me chercher pour aller aux toilettes ou boire de l’eau (parce que l’assistante ne le comprenait pas). 
(Me coupant dans mon travail avec les autres enfants). 

Bien sûr, le temps aide toujours. 

Mais parfois, attendre n’est pas forcément la meilleure solution. 

Parce que les enfants sont en demande. 

Parce que vous avez besoin de récupérer un peu de liberté et de temps. 
(Et de calme aussi). 

Parce qu’il y a moyen d’aller plus vite, tout simplement. Et qu’il serait quand même dommage de peiner pendant ce temps… pour pas grand chose de plus. 

Ce matériel Montessori? 

Vous pouvez

… apprendre à le confectionner vous-même, pour un prix dérisoire. 

… découvrir comment le présenter aux enfants de façon à stimuler leur enthousiasme, leur motivation et leur envie d’apprendre. 

… comprendre la progression logique et la méthode de Maria Montessori pour transmettre le vocabulaire aux enfants. 

… faire évoluer le matériel pour continuer à intéresser les enfants. 

Ce matériel est particulièrement intéressant pour les enfants de 2 à 8 ans. 

Je vous en dis plus dans mes mails quotidiens, c’est par ici

Positivement,

Victoria