La pédagogie du dehors, c’est vraiment voir l’extérieur comme une ressource inépuisable d’apprentissage, un lieu d’expérimentation riche et varié… une occasion d’apprendre « hors les murs ». 

Et mettre en place cette approche, qu’on soit enseignant, parent en instruction en famille ou parent soutenant la scolarité de son enfant…. cela ne nécessite pas forcément de vivre en pleine campagne. 

Sortir ne veut pas dire forcément aller dans la forêt, ou n’aller que dans la nature. 

Parce que ça c’est une excuse que j’entends tout le temps: « oui mais moi je vis en ville, dans un appartement, la forêt la plus proche est à 40 minutes…donc c’est pas possible. »

On peut tout à fait mettre en place la pédagogie du dehors en plein Paris. Ou dans n’importe quelle ville du monde. 

Comme dans n’importe quel environnement du monde d’ailleurs (plage, montagne, forêt… milieu tempéré, milieu tropical…. ou zone franchement pas glam glam comme chez moi, où il flotte souvent)  

En fait, c’est ça: faire justement avec les éléments qu’on a sous la main. 

Parce que l’enfant fait partie intégrante de cet environnement là. 

Si on attend les bonnes conditions, la bonne température, le bon temps, le bon environnement, les vacances ou la saint glin-glin… ben on ne fera jamais rien. 

En ville, par exemple, on pourra faire une balade insolite dans la rue, et proposer à l’enfant de repérer les petites plantes devant lesquelles il passe tous les jours, sans même s’en rendre compte. 
(Comme avait fait ce botaniste toulousain en nommant les plantes qui poussent autour de lui, voir sa vidéo ici). 

Munis de votre smartphone et d’une appli gratuite, vous pouvez alors partir à la chasse de la flore urbaine. 

Vous pouvez aussi développer l’éco-citoyenneté des enfants avec des initiatives ville propre, des méditiations sonores sur les bruits environnants ou rejoindre des potagers urbains, qui se multiplient dans toutes les villes du monde. 

En ville, il y a toujours des cailloux et quelques arbres pour faire des collections. 

Un petit balcon? Hop, quelques plantes en pot et un compost, un coin lecture… 
Vous n’en avez pas? Il existe des composteurs pour appartements, sans odeur. 

Sans compter ensuite toutes les provocations et activités que vous pourrez faire une fois que vous aurez ouvert votre regard sur les richesses de votre ville ou de votre village (parce que oui, même si vous vivez à la campagne, vous pouvez explorer votre village). 

Donc en gros, l’excuse d’habiter en ville pour ne pas mettre en place la pédagogie du dehors, c’est bidon. 

J’ai même envie de dire: justement, si vous habitez en ville, c’est encore plus important de le faire. 
Parce que les gamins sont parqués toute la journée, et qu’ils ont besoin de sortir. 
Et que s’ils ne sortent pas… c’est là qu’on va voir apparaître en démultiplié l’agressivité, le manque de concentration et d’attention, les difficultés d’apprentissage, l’ennui et le stress. 

A la campagne, on a encore moins d’excuse. 
Pas même le temps, puisqu’il suffit de s’habiller correctement. 

Pour le faire concrètement?

Je vous donne des astuces dans mes mails quotidiens, 100% gratuits… C’est par ici

Positivement,

Victoria