Parmi les interviews que je voulais absolument vous proposer dans le cadre de ce projet « Repenser l’éducation », il y avait Morgane. 

J’ai rencontré Morgane il y a trois ans déjà. 

J’aime sa créativité, son enthousiasme, sa passion pour la lecture et sa manière de donner aux enfants l’envie de lire. 

Parce que repenser l’éducation cela passe aussi, pour moi, par un changement de paradigme. 

Plutôt que de se contenter de produire des enfants-liseurs, je préfère aider les enfants à devenir des lecteurs passionnés. 

La différence? 

La passion, le plaisir, l’enthousiasme pour la lecture. 

Beaucoup de gens peuvent apprendre à lire. 

Beaucoup de gens lisent. 

Mais combien aiment vraiment ça? 

Quand je vois des enfants « devoir » lire un livre, que c’est une contrainte voire une torture… 

Je trouve cela triste et dommage. 

Car lire, c’est tout un monde qui s’ouvre à nous. 

J’ai toujours adoré lire. 

Et je suis passionnée des livres. 

J’en achète ou en chine tout le temps. 

Pour moi, transmettre la passion de la lecture, cela passe déjà par accepter que chacun apprenne lorsqu’il est prêt. 

C’est ensuite mettre en place une méthode ludique et efficace. 

Et puis, c’est amener tout un contexte qui rendra la lecture… magique. 

C’est pour cela que je vous présente aujourd’hui Morgane. 

Elle est coordinatrice d’actions culturelles dans une bibliothèque. 

Et surtout, elle est hyper créative, passionnée de lecture, de pédagogies alternatives et de bienveillance. 

Créative, elle crée les conditions favorables pour que les enfants s’engagent dans la lecture… et aiment ça!

Elle est aussi en train de créer un projet passionnant, L’Enfant-Racines. Je vous laisse découvrir sa page Facebook

Alors, que vous soyez un parent soucieux de transmettre la passion de la lecture ou un enseignant qui cherche à préserver cette attirance naturelle de l’enfant vers l’objet livre, j’espère que cet article vous apportera les clés pour permettre aux enfants de conserver ou développer le plaisir de lire. 

Rencontre. 

 

Victoria: Tu as un parcours très riche : médiatrice culturelle, tu as travaillé au musée en Piconrue à Bastogne en tant que responsable du Service Pédagogique… et depuis quelques années tu es coordinatrice d’actions culturelles à la bibliothèque d’Habay.  Une bibliothèque pas comme les autres puisque tu y as organisé un défi lecture autour de Harry Potter l’année dernière qui m’a donné envie de redevenir enfant et de venir y participer. Tu es aussi attachée à la bienveillance éducative et aux pédagogies actives, et maman de deux garçons.

Ce que j’apprécie dans ton travail, notamment, c’est ce que tu mets autour d’une histoire, d’un livre. Ton projet Harry Potter, mais aussi les Abéros, ces apéros auxquels tu participes à Habay… il y a toujours de la magie dans l’air. Et c’est ça aussi qui rend la lecture vivante, passionnante et attractive. Lorsque je vois ton dernier stand aux Abéros, ça ne donne qu’une envie : venir s’asseoir avec toi et écouter ton histoire.

Je vois beaucoup de parents et d’enseignants stresser autour de la thématique de la lecture. Apprendre à lire, lire régulièrement… comment faire, comment amener les enfants à la lecture ? Ce sont des questions qui reviennent souvent. Je pense que nous sommes d’accord toutes les deux sur le fait que pour qu’un enfant lise, il faut qu’il aime ça. Cela commence déjà par le fait que l’enfant comprenne le sens de la lecture, et que la lecture soit un moment de plaisir.

J’en viens à ma première question.

Comment, toi, donnes-tu envie aux enfants de lire ? Comment transmets-tu ta passion ?

Morgane: La réponse à cette question se trouve en grande partie… dans la question elle-même 😊
Lire, c’est ma passion… Je pense que je transmets aux enfants l’envie de lire car, justement, c’est ma passion. Gerald Hüther et Uli Hauser, dans leur best-seller « Tous les enfants sont doués », nous expliquent que la clé de l’éducation est de susciter l’enthousiasme pour quelque chose qui nous enthousiasme nous-même. L’enthousiasme est contagieux, je l’observe chaque jour !
Régulièrement, j’amène des Boîtes-à-Histoires dans les crèches, je raconte des histoires aux tout-petits et je constate que TOUS adorent les livres. L’écrivaine Florence Seyvos nous dit que les très jeunes enfants aiment les livres comme ils aiment les glaces, c’est pour eux un plaisir évident, inlassable… Et elle se demande comment fait-on alors pour qu’ils s’en lassent. Effectivement, à la Bibliothèque, nous observons que beaucoup d’enfants se détournent des livres vers 6, 7, 8 ans, précisément lors de l’apprentissage (scolaire) de la lecture. Le livre est alors associé au travail, à l’école, aux devoirs, aux difficultés parfois, à la performance toujours. Lire pour lire car il faut lire, ça ne marche pas. Ce qui fonctionne, c’est d’inviter les enfants à faire la connaissance des livres, leur présenter les livres comme des amis avec lesquels on peut s’amuser, s’évader, rêver, s’informer, réfléchir, se disputer parfois… Des amis précieux avec lesquels et grâce auxquels on grandit 😊
Aussi, pour donner l’envie aux enfants de lire, il est essentiel de les entourer de livres et de modèles qui lisent et aiment lire (un parent, un enseignant, un frère ou une sœur, une voisine…). Je connais des personnes qui, ayant bien compris cela, se sont mis à lire et depuis, elles enchaînent elles-mêmes les romans sans plus pouvoir ralentir 😉 J’en connais d’autres qui, peu à l’aise avec la lecture, s’en remettent à des personnes ressources extérieures ; les bibliothèques et leurs médiateurs culturels sont là pour ça.
Je pense également qu’il est important de continuer à raconter des histoires aux enfants, même quand ils savent lire… J’ai déjà rencontré des enfants qui n’aiment pas (encore) lire mais je n’ai JAMAIS rencontré un seul enfant qui n’aime pas qu’on lui raconte une histoire. Par contre, je connais des adultes qui n’aiment pas raconter les histoires… Dans ce cas, ne pas se forcer surtout (personnellement, je ne me force pas à faire la cuisine 😉) mais s’en remettre à des personnes-ressources : un grand-parent, une conteuse, l’animateur de la Bibliothèque…

 

Victoria: Quel est ton avis sur l’importance de la mise en scène que je soulignais tout à l’heure ? Comment fais-tu pour créer ces environnements magiques, propices à la lecture ? Peux-tu nous décrire un projet que tu as particulièrement aimé monter ?
Morgane: 
Je suis convaincue que l’atmosphère a en effet toute son importance. Parfois des parents curieux viennent me trouver, ils m’expliquent que leurs enfants fréquentent la Bibliothèque de Habay avec l’école et ils se demandent ce que nous faisons ici de si particulier (presque étrange !)… À chaque fois, je ris intérieurement car, en réalité, nous ne faisons rien de très spectaculaire, nous soignons « juste » l’ambiance : par des invitations écrites et personnalisées envoyées aux classes quelques jours avant nos rendez-vous (il est important de mettre les enfants « en projet de », d’éveiller leur intérêt et de ne pas les prendre au dépourvu), par une section jeunesse esthétique et cosy avec des coussins et des tapis confortables, par notre attention soutenue et bienveillante envers chacun, par un livre palpitant, grâce à un ou deux objets ou éléments de décor pour rendre l’histoire encore plus vivante et sensorielle, par une bougie pour ritualiser le moment de l’histoire… et le tour est joué 😉
L’année passée, nous avons célébré les 20 ans de « Harry Potter à l’école des sorciers ». Nous avons accompagné une septantaine d’enfants dans leur lecture du roman ; nous leur écrivions des lettres à partir desquelles ils se construisaient un Carnet de lecteur personnel, ils ont lu le livre mais aussi écouter le CD audio et visionner le film. Ils sont venus plusieurs fois à la Bibliothèque ; pour montrer l’état d’avancement des Carnets et en discuter, pour jouer à des jeux de société, pour admirer le merveilleux livre pop-up de la saga et même pour préparer une potion magique 😉  

 

Découvrez quelques photos du projet Harry Potter:

Victoria: Quelles sont tes idées et astuces pour rendre un coin bibliothèque (dans une classe ou à la maison) attractif et attrayant?
Morgane: 
Pour qu’un Coin-lecture soit efficace, il faut que l’Enfant puisse y être autonome ; avec des étagères adaptées à sa taille et un mobilier qui permet de présenter les livres «couverture en avant». Il existe toutes sortes de présentoirs (en bois, en tissus…) – Souvent, ils sont un peu étroits… mais on peut imaginer faire tourner régulièrement les livres (ce qui peut éventuellement raviver l’intérêt de l’Enfant – je dis «éventuellement» car les miens n’apprécient pas la formule. Comme par hasard, ils veulent toujours LE livre qui n’est pas là 😉).
Après, pour que ce Coin-lecture soit douillet, pour que l’Enfant prenne plaisir à s’y installer, il ne faut pas hésiter à mettre un tapis, un petit fauteuil, des coussins ou un pouf. J’aime aussi y installer une lampe de lecture et/ou une lumière d’ambiance (ampoules colorées, jolie lampe de chevet, boule à neige lumineuse,…).
Et pourquoi pas, une mascotte pour accompagner l’Enfant dans sa lecture (chez nous, c’est la peluche de Petit Poilu qui bouquine fidèlement avec Tristan depuis des années).
Enfin (et c’est absolument essentiel pour mes deux garçons qui posent et se posent mille questions à la minute) : un dico, un globe terrestre ou le planisphère…  

Pour découvrir une autre façon d’aménager un coin lecture (et jeux), je vous laisse avec une autre interview de Morgane, sur sa célèbre « carabane »!

 

Installation du coin lecture pour les Abéros: 

Et voici Morgane!

Victoria: Quels sont tes coups de cœur en littérature de jeunesse de la rentrée (ou plus anciens) ?
Morgane: 
Je ne suis pas de très très près les sorties littéraires, contrairement à ma collègue bibliothécaire Anne qui gère le fonds documentaire et choisit judicieusement les nouvelles acquisitions.
Il y a des livres que je ne me lasse pas de raconter, encore et encore : La légende du chien noir de Levi Pinfold, Bou et les 3 zours de Elsa Valentin et Ylia Green et Sacrées sorcières de Roald Dahl sont mes grands coups de cœur !

Comment repenser notre rapport à la lecture ? 

Si vous aussi vous souhaitez révolutionner votre pratique en tant qu’enseignant ou en tant que parents, je vous conseille les formations suivantes:

  • Développer sa posture bienveillante et facilitatrice d’apprentissages, est une formation sur les neurosciences affectives. Elle vous permettra de comprendre le développement cérébral de l’enfant de façon simple et abordable pour mieux se positionner par rapport à lui. Cela vous aidera à comprendre les mécanismes d’apprentissages en général, et ceux de la lecture en particulier. 
  • Installer des Loose Parts chez soi ou dans sa classe, pour créer des univers incroyables, mettre des livres en avant, donner envie de lire, développer les facultés de story-telling de l’enfant. 
  • Montessori 3-6, en ligne ou en présentiel, pour mettre en place une pédagogie adaptée à l’enfant, à son développement et à ses besoins.