UN ENFANT SANS JOUETS EST-IL UN ENFANT HEUREUX ?
C’est la question que Tiffany, jeune maman d’une petite Jade 2 ans, stagiaire de la formation Montessori 0-6 ans et blogueuse, s’est posé il y a quelques temps.
C’est une question que je me pose également depuis la naissance de ma fille (qui a le même âge que Jade!!!). Et le constat s’est imposé à nous: Oui, un enfant sans jouet est profondément heureux. Peut-être même « plus » (s’il est possible de quantifier le bonheur) qu’un enfant qui « croule » (comme on dit ici) sous les jeux. Chez nous également, pas de jouets « traditionnels », mais des paniers de Loose parts, le jardin, quelques livres… 

Voici donc l’expérience de Tiffany, du blog Simple Free Family, qui vous raconte son expérience du « sans jouet ».

J’ai toujours su que l’excès de jouets n’était pas l’idéal pour un enfant. Au départ, je ne voulais pas de jouet qui parle ou qui s’allume. J’étais partie sur des jouets en bois et en petite quantité, ce qui m’a d’ailleurs valu des remarques de l’entourage du style : « euh… c’est normal qu’elle ait si peu de jouets ? ».
Tandis que les gens pensaient « pauvre enfant », je voyais ma fille s’épanouir dans ce qu’elle entreprenait, elle laissait voguer son imaginaire sans limite, sans contrainte.

Au même moment, j’ai découvert la philosophie Montessori qui m’a très vite collé à la peau ! (Oui on peut appeler ça un coup de foudre…^^).
Je ne me rendais pas compte à quel point le fait de simplifier les jeux était important pour la créativité de l’enfant ! En effet, les jeux que l’on trouve généralement sur le marché sont déjà imaginés, l’enfant n’a plus qu’à se laisser guider et finit ainsi par s’en défaire rapidement.

Nous avons donc des objets très simples allant de la pomme de pin à des cubes, avec des activités montessoriennes.
Mais attention ! Nous sommes confrontés comme tous les parents au rangement des activités ! Il faut également prendre soin du matériel et nous avons quelques règles à respecter (c’est sûr qu’un jouet en plastique peut tomber 500 fois, il ne lui arrivera pas grand chose !).
Pour ma part, le soin et le rangement sont primordiaux.

Le mois dernier, j’en ai eu simplement marre de devoir répéter et ramasser à longueur de journée sans pouvoir avancer sur mon travail ou mes tâches quotidiennes.
J’ai donc proposé à ma fille la chose suivante : « Jade, je sais que c’est difficile pour toi de ranger, et pour moi aussi ! Je te propose qu’on retire tous les jouets pour aujourd’hui, d’accord ? »
(Ma petite voix prénommée Josiane à ce moment-là : « Ahahah tu crois vraiment qu’elle va te dire oui super ?! »)
Eh bien tiens-toi bien Jojo ! C’est bien ce qu’elle a dit, et j’en suis restée toute bête…

Il ne reste plus qu’à se mettre au travail ! C’est parti pour le grand nettoyage, avec son aide en prime (va comprendre, elle ne veut pas ranger mais elle prend un plaisir fou à tout enlever…) !
Plus je rangeais et plus je me disais : « qu’est-ce que je suis en train de faire, elle ne se rend pas compte ! Et puis elle va encore plus me prendre de temps parce qu’elle va s’ennuyer… » et bla-bla-bla, ça suffit maintenant Josiane, on verra bien à la fin !!

Tout est vide, ça me fait bizarre. J’ai laissé seulement 3 livres dans sa chambre.
Que s’est-il passé alors ? Je n’ai pas eu besoin d’attendre 5 minutes, que Jade s’est occupée à :
– Décrocher ses couches de l’étendoir et les ranger
– Faire des machines de linge
– Laver ses mains
– Couper les légumes
– Mettre la table
– Prendre soin et parler aux animaux
– Fabriquer des cabanes
– Se raconter des histoires (très drôle à entendre !)
– Faire des roulades, sauter, danser…

J’en suis restée bouche-bée !! Finalement cette journée sans jouets s’est transformée en 2 semaines et Jade ne s’est jamais ennuyée ! Au contraire, elle trouvait bien d’autres choses à faire et y prenait un réel plaisir. Sa capacité de concentration et son enthousiasme à aider s’en sont trouvés que plus amplifiés !

Au bout de ces 2 semaines, j’ai remis à disposition quelques jeux de façon progressive, et aujourd’hui, elle continue d’explorer ce qu’elle a commencé à entrevoir pendant cette période sans jouets, pour notre plus grand bonheur et de sacrées rigolades !

Et moi dans tout ça ? Eh bien je me dis que l’expression « moi, quand j’étais jeune, j’avais juste besoin d’un bâton et de quelques billes » (merci Papi) prend tout son sens !!
On en revient aux choses essentielles. Cela nous aura permis de nous retrouver, de partager beaucoup plus de moments de qualité et de stimuler sa créativité !
Je suis ravie d’avoir pu tester cette expérience et d’avoir surmonté cette petite angoisse, je fais plus confiance à ma fille désormais et j’en sors enrichie.

Et toi, tu te sentirais de faire cette expérience ? Ou l’as-tu déjà fait ? N’hésite pas à partager ton opinion ou ton expérience, j’ai hâte de te lire !!

Douce journée !