Alors non, rassurez-vous, je ne vais pas abandonner la pédagogie pour la sexo…

Et je ne vais pas non plus faire dans la psycho de comptoir, en mode conseils love de chez Cosmo.

Néanmoins, je vais vous proposer de changer de regard sur un truc. 
(Ou de donner de l’eau à votre moulin, c’est selon). 

Par contre, je préviens de suite, ça ne va pas plaire à tout le monde. 

Surtout si vous êtes un chercheur de solution miracle en mode surf sur les blogs sans réfléchir plus loin. 

Yep. 

(Et si ma façon d’écrire vous rebute, pas besoin de m’insulter, vous pouvez cliquer en bas de cet email sur « se désabonner »). 

Bon, de quoi je vais vous parler aujourd’hui? 

D’un truc qui rend fou, a priori. 

(Je vous ai dit que je laissais les conseils love à Cosmo!!!)

De lecture. 

Ce mail s’adresse à vous, si vos enfants ou vos élèves:

  • ne lisent pas encore, et que même ils en sont très loin (parce que ça ne les intéresse pas ou parce qu’ils ont genre… 18 mois!)
  • commencent doucement à s’intéresser aux lettres qui les entourent
  • sont en plein apprentissage de la lecture, ou même au début, ou même s’ils commencent déjà à lire
  • sont lecteurs, mais butent sur des mots, ou détestent lire. 

Pourquoi je dis que ça rend fou? 

A vous de juger… rien que cette semaine: 
(Et on n’est que jeudi)

Une maman qui me raconte que l’école (Montessori!) de sa gamine l’a dégoûtée de la lecture en forçant alors qu’elle était hyper demandeuse…. du coup maintenant c’est la galère parce qu’elle bloque complètement. 

Une autre maman qui voulait accompagner son fils à apprendre à lire… sauf que le gamin n’en a rien à cirer et que donc, forcément, ça ne fonctionne pas. Sauf qu’elle insiste et qu’elle cherche partout la solution miracle. 
(Sans la trouver, forcément, puisque la seule solution dans son cas, c’est d’attendre!)

Une instit qui s’est formée avec moi et qui voudrait mettre en place pleins de trucs, mais qui se heurte au stress des parents, parce qu’elle ne va pas travailler une lettre par semaine. (Même si je comprends le stress des parents, qui se demandent comment suivre l’évolution de leur enfant. Ils ont juste besoin d’être rassurés). 

Une dame qui voulait acheter les lettres rugueuses à sa fille et me demande des conseils, parce qu’elle est intéressée par les lettres… mais qui ne veut pas faire tous les exercices préparatoires parce qu’elle a « déjà 6 ans ». 

Ou enfin cette instit qui se plaint que ma formation ne fonctionne pas… mais qui n’a pas présenté le matériel préparatoire correctement parce qu’elle « sait » faire (ben oui, elle a regardé sur Youtube…) et qu’elle n’a pas présenté le matériel dans le bon ordre (pourquoi faire hein…)

Pfiou… 

Je vous jure, il y a des jours, je dois me cramponner. 

Je ne juge personne. 

Internet, c’est super.

Je suis une grande adepte d’internet, pour pleins de choses, c’est pas le souci. 

Mais le problème, c’est qu’il y a de tout partout, surtout avec le mot « Montessori ». 

Je ne parle même pas des sites qui vendent honteusement des jouets en prétendant qu’il s’agit de matériel Montessori. 

Mais du fait que sur internet, il n’y a pas franchement de barrière à l’entrée. 

N’importe qui peut ouvrir une page Facebook, un compte Instagram ou même créer un blog. 

C’est facile. 

Et n’importe qui peut commencer à dire n’importe quoi. 

Notamment sur Montessori. 

Et notamment sur le matériel de langage. 

Non, on ne commence pas avec les lettres rugueuses, comme ça, parce que le gamin est intéressé par les lettres. 

Non, on n’achète pas un alphabet parce qu’il veut « écrire ». 

Il y a un truc pas sexy, pas glamour, pas vendeur à faire AVANT. 

Parce que quand on pige un peu comment fonctionne Montessori, ou n’importe quelle pédagogie, ou même tout simplement le processus d’apprentissage de l’être humain en fait… 

On sait qu’apprendre, c’est comme faire l’amour. 

Faut des préliminaires: 

Pour compter, faut construire son esprit logique, d’abord. 

Pour écrire, faut préparer sa main, d’abord. 

Pour lire… faut développer son vocabulaire… aussi. 

Et quand je dis « il faut », c’est pas parce c’est moi qui pense comme ça ou parce que la pédagogie Montessori le fait comme ça. 

C’est parce que le CERVEAU fonctionne ainsi.
 

Exemple. 

Je vous demande de lire les lettres suivantes: P – Y – R – A – M – I – D – E

Mais vous ne savez pas ce que c’est. 

Parce que vous n’en avez jamais vu, ou tout simplement eu dans les mains. 

Vous êtes au début de votre apprentissage de la lecture, ou bien c’est encore difficile sur certains mots. 

Est-ce que vous n’allez pas avoir du mal à enchaîner les sons? 

Est-ce que vous n’allez pas décoder difficilement? 

ET…

Est-ce que savoir ce qu’est une pyramide, en avoir manipulé une, avoir travaillé avec des figurines du monde… ça ne pourrait pas vous aider? 

Est-ce qu’apprendre ce qu’est une pyramide AVANT de lire le mot ne pourrait pas, en fait, TOUT changer? 

Le vocabulaire. 

Encore et toujours. La base pour apprendre à lire. 

Que votre enfant ait 18 mois, pour anticiper les problèmes plus tard. 
(Même si l’humain a tendance à attendre d’être dans la mouise pour réagir, on est tous comme ça hein, moi y compris…)

Que votre enfant soit en apprentissage de la lecture. 
(Pour favoriser le déclenchemement et le décodage)

Qu’il lise mais n’aime pas ça parce qu’il bute sur les mots. 

Le vocabulaire, ça devrait être votre priorité. 

Les lettres rugueuses? Les alphabets mobiles? 

Ou si vous préférez: les Alphas, la méthode syllabique, la méthode globale. 

Ce que vous voulez. 

Oui. 
(Encore que, non, pas la méthode globale…)

Mais APRES. 

D’abord, le vocabulaire. 

Tout le long, le vocabulaire. 

Normalement, les nomenclatures Montessori permettent ça. 

Décupler le vocabulaire. 

Sauf qu’enchaîner les leçons en trois temps avec les cartes, c’est le meilleur moyen de les dégoûter. 

Parce que c’est vachement ennuyeux, à la longue. 

Du coup, j’ai créé un matériel. 

La Boîte à Mots Montessori. 

Qui comprend des objets. 
(Pour manipuler)

Une méthode ludique d’apprentissage. 
(Pour ne pas s’ennuyer). 

Et une progression logique. 
(Pour que ça fonctionne)

Comment la concevoir, la présenter et la faire évoluer? 

 

Je vous en parle dans mes mails quotidiens. C’est gratuit, et c’est par ici

Positivement,

Victoria