Pour aider un enfant à avoir un comportement plus « adapté » quand ça dérape, je vous disais hier que la chaise de la réflexion, c’était vraiment le truc à oublier. 

Et que ce n’était, ni plus ni moins, qu’une punition. 

Totalement inefficace, donc, en plus de ne pas être très bienveillant. 

Bon, pour autant, on est bien d’accord que le but n’est pas de ne rien faire. 
ça, c’est du laxisme, pas de la bienveillance. 

Seulement, quand on veut arrêter de crier, de punir… et surtout quand on veut que l’enfant améliore son comportement, il y a un autre piège. 

Se concentrer… sur le comportement. 

Je vous explique: 

Un enfant est agressif. 
On cherche comment arrêter ça. 

Un enfant n’écoute rien. 
On cherche des astuces pour qu’il écoute. 

Un enfant vous frappe ou frappe les autres.
On cherche comment lui faire comprendre que ça fait mal et que ce n’est pas gentil. 

Rien ne marche?

Et pour cause. 

Parce qu’on est focus sur le comportement. 

Que ça nous empêche de regarder au bon endroit. 

Le comportement n’est jamais le problème. 

C’est la réponse à un problème. 

En gros, c’est un peu comme si on confondait le panneau de signalisation et la destination. 

Pour aider l’enfant à arrêter ses comportements inadéquats? 

Il faut donc commencer par regarder les panneaux de signalisation, et comprendre ce que l’enfant cherche à nous dire. 

Quel est le message

Et sortir de l’ego qui nous pousse à croire que l’enfant est un emmerdeur, qu’il fait exprès et qu’il faut le remettre dans le droit chemin. 

En début de semaine, j’ai ainsi conseillé à une maman… 

De faire un câlin à sa fille. 

ça peut paraître « bizarre », de faire un câlin à un enfant qui a un comportement qui ne va pas. 

On pourrait croire qu’on l’encourage. 

(ça pourrait créer un conditionnement négatif oui, si c’est mal fait, au mauvais moment)

Sauf que regardez le témoignage de la maman:
Aujourd’hui je voulais juste vous dire merci: pour une merveilleuse soirée apaisée et un matin qui n‘a pas dégénéré…

Ce que je lui ai conseillé? 

En soi, ça n’a pas d’importance. 

Parce que le conseil que je lui ai donné, le truc que je lui ai proposé d’essayer… le câlin à sa fille dans un certain contexte… il vaut pour elle et pour sa fille, en fonction d’une problématique bien particulière que l’on a décortiquée ensemble. 

ça ne veut pas dire que ça va fonctionner pour vous, pour votre enfant, dans votre cas. 

(C’est pour ça que les conseils à l’emporte-pièce qu’on lit sur internet ne fonctionnent pas).

Il vous manque LE truc. 

Le POURQUOI j’ai donné ce conseil à cette maman. 

Donc la bonne question n’est pas: qu’est-ce que tu as conseillé à cette maman? 

Mais: Pourquoi je lui ai proposé de faire un câlin à sa fille? 

Et si je lui ai donné ce conseil précisément, c’est parce que j’étais à peu près sûre qu’ainsi, la maman allait régler… une des causes du comportement de sa fille. 

Pourquoi je lui ai donné ce conseil? 

Parce qu’il allait… répondre à un besoin de sa fille. 

Un besoin… qui la pousse à agir comme elle agit. 

Je ne dis pas que ça va fonctionner pour toujours. 

Ni qu’il va suffire pour clore le sujet. 

On est d’accord. 

Mais il va nous permettre d’avancer. 

De continuer à partir à la recherche de ce qu’il se passe, pour elle. 

Pour qu’elle continue de nous guider vers ce qui l’anime. 

Vers ce qu’elle n’arrive pas à nous dire. 

Et pour lui permettre de se poser. 

Un enfant n’enchaîne pas les bêtises pour vous enquiquiner. 

Il n’est pas agressif par plaisir. 

Il ne fait pas l’inverse de ce que vous lui demandez de faire par sadisme. 

Il ne fait pas semblant de vous ignorer parce qu’il n’en a rien à faire. 

Tous ces comportements manifestent un message qu’il ne parvient pas à vous dire avec des mots. 

Ils parlent d’un besoin qui n’est pas assouvi. 

Trouvez ce besoin. 

Couvrez-le. 

Et vous verrez que même sans rien faire de plus, la plupart des comportements inadéquats de vos enfants vont disparaître. 

C’est assez simple dans la théorie. 

Dans la pratique, ça l’est moins. 

Parfois, on croit savoir. 

Mais rien ne change. 
(Donc on ne sait pas en fait). 

Parfois on ne sait pas. 

Et le comportement de l’enfant ne PEUT PAS changer tant que ce besoin n’est pas couvert par VOUS.

Parce que le besoin est LA raison pour laquelle il a ce comportement. 

C’est pour cela que j’ai voulu répertorier les raisons principales, en fonction des âges, des comportements inadéquats des enfants. 

Pour que vous puissiez avoir une grille de lecture, et mieux décoder le comportement de vos enfants. 

Une fois que vous savez réellement pourquoi… vous pouvez agir. 

Efficacement. 

(De nouveau, si le comportement perdure, ça ne veut dire qu’une chose: vous n’avez pas encore trouvé la raison pour laquelle il a ces comportements). 

Et ce qui peut aider, c’est de s’interroger sur : 

  • Les principales raisons des comportements des enfants, en fonction de leur âge, et comment réagir pour commencer à faire réellement bouger les choses. 
  • L’influence de notre comportement dans ces comportements-là, pour vérifier que vous n’êtes pas en train d’alimenter un feu que vous essayez désespérément d’éteindre (logique sinon que ça n’aille pas mieux)
  • Comment poser un cadre efficace, que l’enfant puisse respecter et intégrer, grâce à la communication positive. 
  • Et comment l’amener à réparer ce qu’il a fait, de façon à ce que ça fonctionne vraiment, c’est-à-dire qu’il tire une morale de l’histoire, sans pour autant que cela ne soit vécu comme une punition ou une vexation. 

Ces points?

J’en parle dans mes mails quotidiens, 100% gratuits. Retrouvez-moi ici

Positivement,

Victoria