Le cododo est le fait de dormir avec son enfant, dans le même lit ou dans un lit collé au sien. C’est une pratique naturelle et ancestrale, instinctive je dirais même. Tous les peuples « premiers » dorment avec leur tout-petit, depuis la nuit des temps. Dormir dans des chambres séparées est une pratique très moderne. Pourtant, c’est devenu la « norme », et ceux pratiquant le cododo se font rapidement traiter de hippy, de fous… voire pire.

Je vous invite à lire l’excellentissime ouvrage de Jean Liedloff, Le concept du continuum, pour mieux comprendre le cododo.

Au plus profond de la jungle du Venezuela, Jean Liedloff fait la rencontre d’une tribu d’indiens vivants encore à l’âge de la pierre. Fascinée par le bonheur reflété par ces indiens « primitifs », elle passera deux ans et demi avec eux pour comprendre la cause de leur vie si heureuse et harmonieuse. Cette expérience ébranlera totalement ses convictions occidentales et l’amènera à un point de vue radicalement différent sur la nature humaine et l’éducation dictée par nos sociétés « civilisées ». Le concept du continuum nous montre comment nous avons perdu notre bien-être naturel en laissant l’intellect prendre le pas sur notre instinct. Il nous montre également comment retrouver cette harmonie pour nous-mêmes et nos enfants. Une véritable prise de conscience pour tous les acteurs de notre société ! Un livre absolument indispensable à tous les parents ou futurs parents ! A découvrir ici

Quoi qu’il en soit, dans cet article, il ne s’agit pas de dire ce qu’il faut faire ou pas. Je pense que le cododo est une question intime, et qu’on le pratique ou pas, le plus important est d’être en accord avec soi-même. D’ailleurs, Marjory qui nous a livré son témoignage, était archi contre… avant d’être maman ! Le cododo… ah non ! Jamais ! Et puis, son fils est arrivé…

En tant que maman, je pratique le cododo, comme Marjory. Mais nous n’avons pas voulu faire un article qui liste les bienfaits du cododo. Pour aborder cette pratique qui nous tient beaucoup à cœur, nous avions envie, tout simplement, de vous délivrer un témoignage, celui de Marjory, Maman Educatrice. Par son témoignage aussi drôle qu’émouvant, nous voulions donne UN aperçu parmi d’autres du cododo, pour que les parents qui le pratiquent se sentent moins seuls.

Témoignage.

Je me souviens encore assister à une conférence du célèbre Docteur Patrick BEN SOUSSAN qui expliquait aux nombreux parents présents dans l’assemblée combien il était important de préserver des temps pour soi, pour le couple. Il conseillait que le lit parental ne devienne pas le lit familial parce qu’il est le lit conjugal. A l’époque, cette idée nous paraissait très juste : à chacun sa place. Oui mais voilà…

Quand petit homme grandissait tranquillement dans mon ventre nous avons entrepris la réalisation du lit cabane. Nous avons mis beaucoup de cœur à l’ouvrage et en une demi-journée il trônait dans sa future chambre ! Il était évident pour nous qu’il ne dormirait pas dans son lit cabane dès sa naissance et que nous le garderions dans notre chambre jusqu’à ses trois mois. Oui mais alors il dormirait dans son lit à lui ! Voilà qu’une amie nous donne un vieux lit à barreau que Papa Architecte bricole en lit cododo que nous accolerons en temps voulu à notre lit. 

Et voilà que Bébé pointe le bout de son nez. Maman éducatrice dès la première nuit à la maternité refuse catégoriquement de le mettre dans le petit lit, sur roulettes, qui lui était destiné. « Non mais franchement, quelle drôle d’idée… Il est si petit… dans ce lit tout froid, tout seul… Non, non et non pas question… » Nous conceptualisons alors avec Papa Architecte un petit nit à l’aide du coussin d’allaitement que j’installe tout contre moi. Et là, soudainement, LA question existentielle me submerge « Comment vais-je savoir s’il respire ? ». C’était donc décidé, il dormirait en peau à peau sur moi pour cette première nuit… et puis toutes les autres à la maternité en réalité !

Une fois toute la nouvelle famille rentrée à la maison, nous n’imaginions pas que les nuits allaient être… Comment dire en toute bienveillance ?… Aussi compliquées… Epuisantes… Ah oui parce que j’ai omis de vous préciser que bien évidemment pour simplifier les choses Maman Educatrice allaite !! Alors ceci dit, la nature étant bien faite, lorsque la femme allaite, elle sécrète une hormone qui facilite son endormissement. D’où le conseil de la position allongée sur le côté pour allaiter bébé pendant la nuit ! Ah mais ou bien sûr !! Oui sauf qu’au début et bien je ne suis pas du tout à l’aise avec cette position ! Dans le noir je ne vois pas si la tête de mon tout petit est suffisamment décollée de mon sein pour lui permettre de respirer… Je préfère donc la position assise dans le lit et bien évidement allumer une petite lumière pour être sûre que mon petit homme tète tout en respirant… Alors quand il lâche le mamelon, signe d’endormissement, s’en suit toute une manœuvre lente et technique pour le déposer dans son si chouette lit cododo accolé au nôtre sans le réveiller ! Je vous le donne en mille, manœuvre qui une fois sur 10 fonctionne… Alors je le reprends tout contre moi (non sans pester parfois) et nous nous endormons moi semi-assise dans le lit… Je me réveille à cause de la lumière restée allumée constatant que notre petit homme dort tout lové contre moi…

Les jours se succèdent… la fatigue s’accumule si bien que Papa Architecte qui bouge beaucoup pendant la nuit quitte le lit parental pour rejoindre le lit amical. Et ben oui parce que pour ne pas donner un coup à son tout-petit et le réveiller (les fois où il dort) et bien il contrôle ses mouvements et pendant ce temps il ne dort pas… Grâce à cette migration, il passera du statut de zombi à Papa un peu plus reposé. Et maman, elle, prend ses aises dans le lit parental. Enfin… ses aises… c’est vite dit ! Parce que la peur subsidiaire est que Bébé ne tombe du lit… Donc j’occupe ¼ du lit pendant que Bébé, lui, prend ses aises ! Excepté quand le besoin de sécurité et donc d’être tout contre Maman Educatrice voire même sur Maman Educatrice prévaut !

Finalement de nuits blanches en nuits entrecoupées, d’expériences en expérimentations, nous avons évolué de bébé dormira dans SON lit à Bébé dort AVEC Maman Educatrice. Aujourd’hui il est âgé de 17 mois, il s’endort dans son beau lit cabane et au premier réveil je vais le chercher et lui donne à téter dans le lit parental où nous finissons notre nuit ensemble. Quand la fatigue se fait trop sentir, que les réveils nocturnes ont été très nombreux et que mon réveil est laborieux, je me remémore ces moments chargés de tendresse, j’observe avec adoration notre petit homme assoupi, les bras ouverts, totalement sécurisé dans le lit parental. Et je me projette à ce jour où j’aurai probablement le cœur serré parce que ce sera « trop la honte » de dormir avec Maman.