Par où je dois commencer, Victoria? 

Mon enfant fait beaucoup de crises. 

Hurle quand je lui dis „non“. 

Cherche tout le temps les limites. 

Rigole quand je le gronde. 

Je l’aime…

Mais il me rend dingue. 

Par où prendre le problème? Comment gérer ces moments-là au mieux? 

Voici le message de Valérie, maman d’un petit Noah, 3 ans. 

Le conseil que j’ai donné à Valérie? 

Je ne lui ai pas parlé d’un outil magique, d’une technique infaillible, d’un rituel, d’un livre, d’une méthode XYZ… 

Non. 

Ce que je lui ai conseillé? 

Et ce que je conseille à toutes celles d’entre nous qui vivons ce genre de moment? 

Je vais vous en parler dans quelques instants. 

Mais d’abord, quelque chose d’important à comprendre. 

Au-delà du fait que MOI AUSSI, je connais ces moments-là…

Ma fille a trois ans…

Une enfant tout ce qui a de plus „normale“…

Donc elle fait des crises, comme tous les enfants. 

Y compris à 18h à la caisse du supermarché. 

Ou parce que je lui ai épluché sa banane et qu’elle voulait le faire elle-même.

Donc, cette chose hyper importante à comprendre? 

Je vous préviens tout de suite…

C’est moins glamour qu’un bouquin, des marionnettes émotions ou un exo zen. 

Tellement moins glamour que la plupart des gens ne prennent pas la peine d’étudier le sujet en profondeur. 

Pourtant? 

C’est FONDAMENTAL. 

Parce que ça vous permettra de comprendre POURQUOI l’enfant réagit ainsi. 

Imaginez que vous ayez des aigreurs d’estomac. 

Vous allez chez le doc. 

Il vous donne du Gaviscon. 

Waouw super ce truc. 

Vous n’avez plus mal. 

15 jours plus tard, vous arrêtez le médoc. 

Et les aigreurs reviennent. 

Pourquoi? 

Parce que vous n’avez pas compris l’essentiel. 

La RAISON pour laquelle vous avez des aigreurs d’estomac. 

Le café. 

Le stress. 

Ou votre mari. 

(Je blague…)

Bon.

Si ça semble évident pour ce cas…

Pourquoi cela ne l’est-il pas pour les enfants? 

Pourquoi est-ce qu’on continue à agir sur le symptôme…

Plutôt que d’essayer de comprendre la CAUSE. 

Cette cause? 

Ce n’est pas forcément un problème. 

Un manque de quelque chose. 

Le signal d’un truc qui ne va pas. 

Non. 

La PLUPART DU TEMPS… 

C’est juste…

NORMAL. 

De son âge. 

Mais ça, comment le savoir? 

Il n’y a qu’un moyen. 

Prendre le temps de faire un truc moins glamour donc que de bricoler des bouteilles émotions. 

Ce que j’ai conseillé à cette maman? 

J’y arrive enfin. 

C’est étudier en profondeur le fonctionnement et le développement de son enfant. 

Il n’y a que comme ça que vous pourrez aider l’enfant à mieux vivre ses crises émotionnelles, à sortir de ses comportement „inadéquats“ ou „““““difficiles“““““. 

Vous avez vu le nombre de guillemets, hein… 

Etudier le „monde intérieur“ de l’enfant, comme disait Maria Montessori. 

C’est pour ça qu’à partir du mois de janvier, je vais sortir quelques formations sur tout ça. 

Les émotions, les conflits, les crises… 

Je vais passer du temps à vous en parler. 

Mais avant tout ça… 

Clairement…

Il y a des BASES à avoir. 

Cette base? 

Etudier les neurosciences, qui ont enfin révélé au monde le fonctionnement de l’enfant de manière évidente. 

Fastidieux? Jargonnant? Complexe? Prise de tête? 

C’est pour ça que j’ai voulu vous faciliter un maximum la compréhension de toutes ces découvertes. 

Pour qu’il n’y ait plus de malentendus entre l’adulte et l’enfant. 

Pour qu’un max de parents et de pro sachent. 

Partagent. 

Et finalement? 

Pour que vous soyez en mesure de développer votre posture bienveillante et facilitatrice d’apprentissages… grâce aux neurosciences.