Pourquoi la vie pratique est bénéfique pour les enfants d’aujourd’hui ?
En quoi peut-elle leur être utile ?
Pour quelles raisons mettre en place des activités de vie pratique ?

Parmi le matériel Montessori, la vie pratique fait figure de matériel « facile » à mettre en place, trois pichets sur un plateau, voilà l’image qu’en ont beaucoup de personnes.

D’aucuns pensent aussi que c’est désuet : après tout,

  • On a l’eau courante, pourquoi diable devrait-on se laver les mains dans une bassine ?!
  • Personne n’astique plus de cuivres… parce que personne n’a plus de cuivre ou d’argent dans son intérieur !
  • Pas besoin d’un plateau ou d’une activité à part pour apprendre à boutonner sa chemise ou verser de l’eau dans un verre !

Vraiment vraiment ?

Mon objectif est aujourd’hui de vous expliquer le réel intérêt de la vie pratique, celui dont on parle peu. Ceux, à vrai dire. Parce qu’il y en a plusieurs, et sûrement des choses qui vous étonneront !

Au passage, j’en profite pour dire que les activités de vie pratique ne sont pas si faciles à mettre en place que ce qu’on imagine, si on veut le faire correctement et proposer des choses qui ont du sens. Le prochain article traitera, pour cette raison, des caractéristiques des activités de vie pratique. Vous verrez que, finalement, Pinterest est absolument à éviter si vous voulez faire les choses correctement ! Et vous comprendrez pourquoi je ne peux plus voir ces photos qui circulent partout en peinture… c’est TOUT SAUF des activités de vie pratique ! Et c’est tellement galvaudé que l’intérêt de ces « ateliers » est très mince. Du coup, pour vous donner des idées, je vous donnerai également des dizaines d’exemples de plateaux « corrects ».

Mais, pour commencer, je voulais faire le point sur l’intérêt de la vie pratique en mettant en avant 3 avantages majeurs de ce matériel.

 

Atout n°1 : Il développe l’autonomie

Ce qui fait qu’une activité de vie pratique a un intérêt pédagogique encore aujourd’hui, plus de 100 ans après leur élaboration par Maria Montessori, c’est qu’elle doit être A-DA-PTEE. Le matériel de vie pratique est le seul matériel Montessori à ne pas être scientifique, c’est-à-dire qu’il varie en fonction de l’époque, de la culture, de la société environnante de l’enfant.

L’objectif numéro un du matériel de vie pratique est d’aider l’enfant à s’adapter à son environnement, pour être autonome. S’habiller, se verser à boire, couper son alimentation… et de toute évidence, un enfant vivant en Chine, en France, au Pérou ou au Canada n’aura pas les mêmes compétences à développer pour s’adapter à la société environnante.

La première question à vous poser avant de proposer une activité de vie pratique sera donc : de quelles compétences l’enfant a-t-il besoin pour être autonome dans son environnement ? Il ne s’agit donc pas « juste » de mettre deux bols et des pois chiches dans un plateau. Je vous invite à réfléchir pour quoi vous mettez en place un plateau. Quelle compétence vous visez ?

 

Atout n°2 : Il est une grande aide à l’apprentissage de l’écriture

Le secret de la vie pratique réside dans les objectifs indirects de ses activités.

Voici 3 exemples :

  • « Laver la table » permet aussi de structurer l’esprit logique et d’intégrer le sens (de gauche à droite) et le geste (mouvement anti-horaire) de l’écriture.
  • « Transvaser à l’aide d’une pince » permet aussi de muscler la main, nécessaire pour tenir un crayon.
  • « Visser et dévisser des boulons » permet aussi de préciser la pince tripode, autrement dit les trois doigts de l’écriture.

Comme ces trois exemples le montrent, le matériel de vie pratique sert donc non seulement à développer l’autonomie de l’enfant, mais aussi les compétences nécessaires pour qu’il parvienne à écrire… sans faire de lignes !

 

Atout n°3 : C’est un super coach pour développer sa concentration

Les toutes premières activités de vie pratique durent à peine plus d’une minute. L’enfant va pouvoir manipuler du matériel sur une base assez courte au niveau du temps d’exécution. Progressivement, les activités se compliquent… et leur durée s’allonge pour arriver, sur certaines activités à plus de 20 minutes.

Comme les activités sont conçues pour favoriser la répétition, leur durée s’allonge encore. Il n’est pas rare de voir un enfant de 3 ans qui s’attèle à se laver les mains durant 45 minutes, par exemple. En mettant en place une activité qui part des intérêts et des besoins de l’enfant, nous l’amèneront progressivement à allonger la durée de son activité.

Ceci va être possible car le matériel a un fort pouvoir engageant sur l’enfant… et sur toute personne qui manipule. En formation, je le constate à chaque séance de manipulation : les participants se « plongent » dans l’activité, qui devient un exercice de pleine conscience. Cette force intérieure mobilisée permet d’atteindre le calme et la sérénité, propices à la concentration.