Quand une fleur ne fleurit pas, on corrige son environnement.
Pas la fleur. 

Quand un enfant a des difficultés d’apprentissage : nous devrions chercher à amener les notions autrement.

S’il a du mal à canaliser ses émotions : on va chercher à décoder ce qui passe pour lui permettre de mieux s’exprimer et vivre ses ressentis.

Lorsqu’il fait des « bêtises », plutôt que de le punir, l’idée c’est d’aller décoder ce qui se passe pour reconstruire une attitude plus positive.

Et quand il rentre à la maison en mode tornade, qu’il explose en deux minutes le salon que vous avez mis une demi-heure à ranger…

Mais aussi…
… Qu’il est irrité, tendu, stressé, nerveux, agité…
… Qu’il se dispute et se chamaille avec ses frères et sœurs…
… Que les règles sont dures à respecter…
… Que ranger est difficile, source de conflits… et que c’est le bazar à la maison…

Et que même en expliquant, répétant, insistant… ça ne change pas grand-chose…

C’est pareil.

Le meilleur conseil que je puisse vous donner ?

Ne pas chercher à corriger la fleur, mais plutôt son environnement.

Prendre conscience que le lieu où il vit a une très grande influence sur lui.

Sur nous aussi.

Mais sur lui, encore plus et plus directement.

Maria Montessori disait même que l’environnement a  le pouvoir de favoriser ou défavoriser son développement.

Et le développement de plusieurs compétences : relationnelles, sociales, cognitives, émotionnelles.

D’ailleurs ?
Quand on me fait intervenir dans une crèche ou une école pour des enfants « difficiles », ou quand j’accompagne des parents en coaching pour des relations compliquées avec leurs enfants… c’est bien simple, je commence TOUJOURS par faire modifier des trucs dans l’environnement.

Parce qu’il y a toujours à améliorer, même quand on s’intéresse à la pédagogie Montessori depuis un bail.

Et parce que quand l’environnement change, l’enfant change.
Automatiquement.

Tellement, que ça ne sert à rien de chercher ailleurs tant que ça, ça n’est pas réglé.

En riant, je dis que je fais du « Homestaging Montessori ».

Ou comment valoriser et optimiser son intérieur grâce aux principes de la pédagogie Montessori.

Parce que je ne sais pas si vous avez déjà remarqué, ou si vous vous intéressez à la pédagogie Montessori depuis suffisamment longtemps…

Mais les enfants, dans une classe Montessori, ils sont quand même vachement zen, calmes, paisibles et sereins.

Non pas parce qu’on les fait se tenir à carreaux ou qu’on les empêche de bouger.

Au contraire, si vous regardez bien, tout le monde bouge et fait sa vie.

Un peu comme dans une ruche.
Il y a de la vie. Ça ne veut pas dire que c’est le chaos.

Si c’est si calme (bon, je ne vais pas vous mentir, pas les toutes premières semaines)…

C’est dû, bien sûr, à la présence d’un adulte formé, d’un matériel riche et passionnant…

ET de ce que l’on appelle une « ambiance », à savoir un lieu physique et psychologique qui répond à certains principes et caractéristiques découverts par Maria Montessori au cours de ses 40 années de recherches.

Ces principes ont le pouvoir d’apaiser l’enfant.

Ils font aussi qu’on ne va pas rajouter une couche au stress et à toutes les stimulations que l’enfant doit déjà encaisser ailleurs.

En adaptant l’environnement à l’enfant, automatiquement, l’enfant va se poser.

Je ne vous parle pas ici simplement de repeindre les murs, ou d’acheter tel ou tel matériel.

Mais de comprendre comment un environnement Montessori est conçu.
Pour le répliquer chez vous.
Facilement. 

Que vous ayez un tout petit appartement ou une grande maison avec jardin.

Parce qu’une fois que vous avez compris ces principes.

Vous allez voir que, progressivement, les enfants vont être plus calmes et sereins.
Vont mieux accepter les compromis de la vie de famille.
Vont ranger beaucoup plus facilement (il n’y a pas photo !!!)
Moins de tensions, moins de stress.

Le « pire » ?
C’est que ces principes sont faciles à appliquer, mais il faut les connaître et les appliquer dans le bon sens. 

Dans mes mails quotidiens, je vous en dis plus pour appliquer ces principes. 

 

Attention: 

Je ne vous dirai pas d’acheter une tour d’observation ou un lit bas.

Ce n’est pas réservé à une tranche d’âge particulier, et ça fonctionne avec tous les âges.

Et ça ne va avoir aucun effet si vous ne suivez pas les exercices proposés. 
(Je ne suis pas magicienne non plus, faut pas exagérer)

Retrouvez-moi dans mes mails quotidiens.

Positivement,

Victoria