Quoi faire avec de jeunes enfants? 
Quelles activités leur proposer? 
Comment les « occuper »? 

Voici les questions qui me sont posées régulièrement, quand je parle des plus jeunes. 

C’est vrai, un enfant plus grand peut s’occuper seul. 
Un peu. 
Ou longtemps. 

Mais un enfant de 12, 18 ou 24 mois? 
C’est très compliqué, voire impossible. 

Dès lors, on cherche des activités à leur faire faire. 

Au-delà du bac à manipulation traditionnel. 
Des livres. 

Et si on veut limiter les jouets en plastique… qui ne les intéressent pas très longtemps de toute façon. 
Qui finissent cassés. (Merci le Made in China)
Qui les stimulent beaucoup trop, et les excitent. 
Sans leur apporter grand chose au final. 

Si on veut donc limiter les jouets en plastique, mais qu’on veut proposer autre chose que des Kaplas et des puzzles… 

On est vite limités. 

Du coup? 

Beaucoup de parents et de pros se tournent vers la pédagogie Montessori. 

Ce n’est pas étonnant. 

Parce que les activités Montessori sont riches, passionnantes… 
Et nourrissent l’enfant sensoriellement.

C’est ça, le secret des activités. 

Maria Montessori a divisé les activités pour les 0-3 ans en 5 catégories. 

L’idée? 
C’est d’en avoir au moins une de chaque. 

Parce que chaque enfant va avoir ses intérêts et ses sensibilités propres. 
Même en apprenant à super bien observer, on peut donc passer à côté en ne proposant que des paniers d’objets ou des puzzles, par exemple. 

Pour apporter suffisamment de variété aussi. 
Qui va offrir à l’enfant des expériences riches et qui soutiennent sa concentration, son engagement. 

Pour s’assurer un bon développement global de l’enfant. 
Pas que cognitif ou moteur. 
Et qui prépare à la suite des apprentissages. 

Ces 5 catégories d’activités vont donc venir se présenter sur des étagères à hauteur d’enfant. 
Doivent se « voir » immédiatement (pas question de mélanger les catégories). 
Proposer « suffisamment » de stimulations en quantité (1 de chaque minimum à la maison, jusqu’à 3 ou 4 de chaque pour un groupe de 12 enfants). 


On va retrouver notamment: 

  • Des activités qui stimulent la vue imparfaite, floue et faiblement contrastée de l’enfant, grâce à une progression typique à la pédagogie Montessori, et très efficace car basée sur le développement sensoriel de l’enfant. 
  • Du matériel pour préciser la coordination oeil-main de l’enfant, qui vont l’aider à développer les compétences physiques et psychologiques nécessaires pour, plus tard, apprendre correctement à écrire et réaliser les gestes de son quotidien seul. 
  • Des installations typiquement montessoriennes qui stimulent le corps, l’équilibre, le sens vestibulaire, les muscles… pour que l’enfant se sente à l’aise dans son corps, habile et compétent… et développe sa confiance en lui, ainsi que ses compétences motrices. 
  • Des activités primordiales autour du vocabulaire, pour que l’enfant se prépare (et ça va prendre un certain temps) à lire, quand le moment sera venu. Mais « lire » ce n’est pas seulement un mécanisme qui se déclenche comme ça: plus le vocabulaire de l’enfant est étoffé et plus c’est facile pour lui… et ça commence dès la naissance! 
  • Du matériel multisensoriel… parce que Maria Montessori a découvert que l’enfant construit son esprit à partir des expériences sensorielles qu’il effectue. Plus les explorations sensorielles sont riches, et plus il développe son intelligence. 


Toutes ces activités? Leur mise en valeur, leur présentation, tous les détails à savoir pour que l’enfant en profite au maximum? 

Je vous les montre ici

    Et si vous voulez plus d’astuces, de réflexions et de pistes sur les pédagogies alternatives et les approches bienveillantes de l’éducation, je vous retrouve ici pour les mails quotidiens, 100% gratuits.  

    Positivement

    Victoria