Quand je regarde un peu ce qui se fait au niveau des activités, pour tout âge, sur le thème des saisons… j’en ressors toujours un peu perplexe. 

Souvent, les propositions sont toujours un peu pareilles. 
Et présentées de la même façon. 

Coller des boules de papier crépon marron sur un hérisson, en automne. 

Ou encore peindre un pingouin en hiver. 
(C’est bien connu, les pingouins ne vivent qu’en hiver)

Le problème avec ces activités? 

Déjà, il y a 0 créativité. 

Mais alors, 0.

C’est le désert de Gobi. 

Le néant total. 

Autre problème: la manière dont elles sont présentées. 

En mode « atelier dirigé » souvent. 

Et là on me dit: oui, mais je ne force pas, ils font si ils veulent…

Mouais… 

Sauf que concrètement…

Tout le monde se retrouve à dessiner son petit pingouin, en gris bien évidemment, parce que c’est gris, un pingouin. 

Je me souviens du scandale qu’avait produit mon indécente prise de liberté de proposer d’autres couleurs pour peindre un arbre… 

(Déjà que je trouvais ça ultra chiant que tout le monde doive faire la même chose, je me suis dit, autant qu’ils le fassent à leur sauce). 

L’indignation!

M’enfin, comment allaient-ils apprendre qu’un arbre c’est vert, si je leur laisse du rose?

Je sais pas moi, en se promenant dehors, par exemple??? 

Ô rage, Ô désespoir!

Bref. 

Donc le côté « atelier dirigé », de nouveau, pas top top pour la créativité. 

Pis pour la connexion à ses propres besoins, envies, intérêts…

Toussa Toussa quoi. 

Mais surtout. 

Surtout. 

Le pire de tout.

Pire que le manque de créa et d’auto-détermination. 

(Pourtant c’est déjà pas mal). 

C’est qu’on ne respecte pas un principe fondamental quand on veut motiver un enfant sur un projet, une activité, un apprentissage. 

Même si vous cherchez à améliorer un peu les choses: 

En faisant en sorte que les activités soient en exploration libre. 
(Dans une étagère à disposition, même si vous êtes enseignante dans le tradi, si si, c’est possible). 

En n’enfermant pas les gamins dans la réalisation d’un protocole précis. 
(Le pingouin en gris, l’arbre en vert…) 

C’est bien, mais ça ne suffit pas. 

Ce principe, si vous faites le nécessaire pour

  • le comprendre, c’est-à-dire comment il fonctionne, sur quoi il repose et en quoi il consiste pour chacune des 4 saisons
  • trouver des activités qui sont en rapport direct avec lui, mettent en valeur la saison et en avant ses principales caractéristiques
  • le transmettre aux enfants de façon à ce qu’ils le comprennent et en captent l’intérêt pour eux

Alors vous serez le roi du pétrole. 

Un peu comme le mec qui a inventé les M&M’s. 
(Article d’hier). 

Parce que non seulement c’est ce qui va faire que l’enfant va comprendre le principe de ce que vous lui proposez. 

Donc le sens. 

(C’est juste la base si vous voulez intéresser qui que ce soit à n’importe quoi: qu’il comprenne pourquoi il fait les choses). 

Mais surtout, ça va le mettre en lien avec le plaisir. 

Oui, encore celui-là. 

Et puis, c’est ce qui va propulser vos petits bricolages en sessions d’apprentissage, sans que l’enfant ne s’en rende compte. 

Ce principe, comment le mettre en avant pour chaque saison, trouver des activités qui le mettent en valeur et faire passer le message auprès de l’enfant pour que de la manipulation naisse l’apprentissage, je vous l’explique ici. Dans mes mails quotidiens, 100% gratuits. 

Positivement,

Victoria