Un des gros problèmes quand on est intéressé par la pédagogie Montessori, c’est de savoir comment commencer. 

Je ne parle pas de se former, cela va sans dire. 

Par contre, même étant formée, il y a des questions qui subsistent, comme: 

  • Comment commencer concrètement? A la maison ou en classe, comment amener la transition vers une pédagogie plus ouverte et adaptée au rythme de chaque enfant? 
  • Comment aménager sa classe ou sa pièce de travail? 
  • Comment structurer les étagères? Combien de matériel concrètement y mettre? 
  • Comment gérer les doubles ou triples niveaux? 
  • Comment et à quel rythme amener du nouveau matériel? Le présenter? 
  • Comment savoir qu’un enfant est prêt à passer à la suite? 
  • Comment savoir de quel matériel un enfant a besoin? 
  • Comprendre pourquoi une présentation ne fonctionne pas

C’est un peu sur toutes ces questions que je vais passer du temps pendant cette séquence de mails sur la pédagogie Montessori. 

De par mon expérience pro, je sais qu’il y a forcément trois grandes phases, si on veut faire les choses correctement. 

(Donc tout changer d’un coup, non, ce n’est pas le bon plan. Ni pour vous, ni pour les enfants). 

 

Etape 1 : les premiers pas: comment passer de votre système actuel à un système plus ouvert et autonome ? Par quoi commencer ?

Vous l’aurez compris, le premier piège à éviter : vouloir passer de votre système actuel à un fonctionnement typiquement Montessorien d’un coup. C’est l’un des plus gros facteurs d’échec ou de retour en arrière !

Durant cette étape, vous continuez votre fonctionnement actuel et vous commencez, en parallèle, à ajouter des activités autonomes et des ateliers libres. Ils n’ont pas forcément à être estampillés « Montessori » à tout prix, le but étant que les enfants apprennent à développer plus d’autonomie. MAIS sélectionner des jeux et ateliers ciblés, qui respectent les critères essentiels de la pédagogie Montessori, est absolument nécessaire, sans quoi vous zappez une partie des effets dudit matériel. 

Il est aussi important de bien choisir les activités Montessori à mettre en place, pour éviter le carnage qui va automatiquement se produire en proposant du matériel que les enfants, par la force des choses, ne savent pas encore accueillir. Ils ne sont pas prêts à digérer tous les apports qu’une classe Montessori qui « tourne » pourrait leur proposer. Ils seraient totalement dépassés, et aller trop vite en proposant trop d’activités autonomes et des activités trop complexes serait vraiment les mettre en échec… et vous mettre en difficulté par la même occasion !

Le secret d’une transition réussie va aussi être dans la proportion entre les ateliers dirigés et de groupe, et les activités autonomes, non formelles, que propose la pédagogie Montessori. Là aussi, comprendre quelle balance proposer est essentiel.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette phase de transition (à la maison comme en classe) va être plus simple si vous avez des enfants d’âges différents, si vous structurez votre espace de travail directement dans l’esprit Montessori, même si vous n’avez pas tous vos meubles, tout le matériel, et que cela va être amené à changer dans les mois à venir.

Lorsque vous sentez que les enfants gèrent bien ces nouveaux apports, vous pouvez passer en étape 2. La première étape peut durer quelques semaines ou quelques mois, en général. Mais cela peut aussi prendre une année complète, en fonction de vos moyens et de l’évolution des enfants.

 

Etape 2 : l’accélérateur : comment implémenter de plus en plus la pédagogie Montessori ?

Une fois que cette phase de transition est faite, les enfants peuvent accueillir plus de matériel Montessori. L’idée alors est de savoir par quoi continuer, quoi ajouter, comment étoffer l’offre pédagogique, à raison de combien d’ajouts par semaine, dans quel ordre, en fonction de quels critères, et de quelles catégories de matériels.

Il y a aussi des structures, des activités et des habitudes que vous allez progressivement supprimer. Par exemple, ne plus proposer d’activités dirigées du tout, arrêter de faire des programmes… etc…  Par contre, il ne s’agit pas de laisser du « vide » à la place. En effet, les enfants sont encore en apprentissage de ce nouveau mode de fonctionnement, ils ont besoin d’être accompagnés. Vous aussi, vous allez avoir besoin de veiller à ce que les apprentissages aient quand même lieu (croyez-moi, on ne se défait pas de nos programmes comme ça, à nous aussi il faut du temps). Mais ça ne se fera plus à partir d’évaluations, d’exercices de groupes ou d’ateliers dirigés.

Tout le matériel Montessori n’est pas encore disponible. Nous l’ajoutons progressivement. Il va donc falloir complémenter le matériel avec d’autres jeux, ateliers et activités. Il y a des essentiels à garder ou à avoir, du matériel absolument indispensable pour soutenir la poursuite de cette transition, qui a la capacité, un peu comme le matériel Montessori, de soutenir la curiosité, l’engagement et la concentration des enfants.

Il est important, dans cette phase, de bien travailler avec les enfants sur les règles de fonctionnement d’un espace de travail autonome, pour que le vivre ensemble soit harmonieux, mais également pour que les enfants continuent d’apprendre correctement, dans les meilleures conditions possibles. Il y a des règles fondamentales, celles avec lesquelles nous commençons absolument, puis les règles secondaires, qui vont s’ancrer un peu plus tard. De nouveau, je le rappelle, les enfants sont en transition. Cela prend du temps (pour nous aussi !). Il y a aussi des moyens plus efficaces que d’autres de transmettre ces règles, et Maria Montessori avait d’ailleurs créé des exercices et des pratiques à ce sujet.

A ce stade-là, vous pouvez avoir commencé il y a quelques mois, voire un an.
C’est tout à fait normal !

 

Etape 3 : la STABILISATION

Normalement, les enfants qui restent avec vous commencent à intégrer le fonctionnement en autonomie, les règles de base, le fonctionnement global. Ils peuvent donc interagir avec leurs camarades ou frères/soeurs plus jeunes pour transmettre tout ça. Pour autant, ça ne « roule » pas encore (il faut compter 3-4 ans pour atteindre notre vitesse de croisière, pas de panique !). Il va donc y avoir un travail à faire afin d’aider les enfants à gagner plus encore en autonomie. Surtout en autonomie de travail (pas tant au niveau de l’autonomie quotidienne même si ça va ensemble).

Tout le matériel est à présent disponible en libre accès, mais des ajouts peuvent encore être nécessaires, pour susciter leur curiosité et leur envie de découvrir. Là aussi, il est important de savoir comment faire « évoluer » votre matériel. Une ambiance Montessori doit rester vivante!

Si tout le matériel est en libre accès, cela veut dire aussi que vous devez repenser votre organisation de l’espace, l’agencement du mobilier et la disposition du matériel. De grands chamboulements vont avoir logiquement lieu. L’idée est de comprendre que tout chamboulement amène son lot de nervosité chez les enfants, il faut en faire le moins possible, et donc savoir tout de suite vers où vous devez aller pour ne pas faire de changements dans le vide. 

Ce qui va mettre un gros coup sur la stabilisation de votre espace de travail, en classe comme à la maison, va être votre positionnement, en tant qu’adulte. Comment inciter la mise au travail ? Comment donner envie ? Comment proposer du matériel pour que cela motive les enfants ? En classe et à la maison, les challenges ne sont pas les mêmes, et il est important de décoder correctement les comportements d’un enfant pour lui offrir le meilleur positionnement possible.

Cette phase de stabilisation peut durer 1 an ou deux, le temps que tout le monde trouve ses marques.

C’est donc un processus long et complexe.

Mais pas impossible du tout, quand on en comprend les étapes et les codes.

Comme je sais que ce sujet intéresse beaucoup d’enseignants et de parents en instruction en famille, j’ai décidé de vous dévoiler ces étapes et ces codes ici

Vous allez y retrouver l’ensemble de mes meilleurs tuyaux, issus de 12 ans d’expérience et d’accompagnement à la mise en place de la pédagogie Montessori…

Positivement

Victoria